Pourquoi un PRAM ?

Les mares sont des réservoirs de biodiversité fragiles et menacés. De nombreuses espèces faunistiques et floristiques sont dépendantes de ces milieux naturels.

Pour les conserver et maintenir leur équilibre écologique, de nombreux acteurs mettent aujourd’hui en place des actions pour recenser, restaurer et sauvegarder ces milieux sur leur territoire. 

Néanmoins, ces projets sont menés localement et ne couvrent qu’une partie de la Normandie. Par ailleurs, les pratiques de recensements et d’inventaires sont souvent hétérogènes et ne permettent pas d’avoir une vision globale du nombre et de la répartition des mares en Normandie.

C’est dans ce contexte que le Conservatoire d’espaces naturels de Normandie a souhaité intervenir de façon ciblée et adaptée en animant le Programme Régional d’Actions en faveur des Mares de Normandie (PRAM Normandie) en lien avec des partenaires financiers et techniques.

Enjeux internationaux

Les mares, qu’elles soient d’origine humaine ou naturelle, se trouvent dans toutes les régions biogéographiques : des déserts aux cercles polaires ! On estime qu’il y aurait sur Terre 3 milliards de mares de 100 à 1000 m² soit 20 mares par km² (Lehner & Döll, 2004 ; Oertli & Frossard, 2013), soit 30% de la superficie de l’eau stagnante mondiale (Downing et al., 2006).

Ainsi, dans le contexte d’un monde en mutation (climat, paysages, utilisations de l’eau et politiques environnementales), les mares constituent de réels hotspots de biodiversité et ont un rôle important dans la fourniture de services écosystémiques (EPCN, 2008).

En effet, les mares :

  • régulent la ressource en eau (UICN, 2018) en retenant les eaux de ruissellement et en rechargeant les aquifères (EPCN, 2010 ; Cereghino et al., 2013),
  • améliorent la qualité de l’eau par leur fonction phyto-épuratrice (Rance & Domingues,2018),
  • peuvent atténuer les inondations en diminuant le volume des ruissellements lors de fortes précipitations (EPCN, 2010 ; Elshorbagy et al. 2018),
  • absorbent le carbone atmosphérique (Downing & Duarte, 2009 ; Cereghino et al., 2013) lorsqu’elles sont en eau.

Même si les mares sont de petite surface, vu leur nombre, leur superficie cumulée est loin d’être négligeable. Ainsi, agir en leur faveur, c’est-à-dire les créer, les entretenir, les restaurer et les préserver de quelque manière que ce soit, permet de fournir un grand nombre de services écosystémiques, aussi bien à l’échelle mondiale que locale ! 

Pour en savoir plus : http://www.europeanponds.org/

Enjeux nationaux

Les mares avaient autrefois de nombreux usages pratiques pour répondre aux besoins de l’Homme : usages domestiques (réserve d’eau, vaisselle, lessive), agricoles (abreuvoir pour les animaux, brassage du cidre, rouissage du lin et du chanvre…), artisanaux (vannerie, forge…) mais également pour les activités de loisirs (baignade, pêche, patinage). 

L’évolution des pratiques agricoles (remembrement, drainage, intensification) et l’arrivée de l’eau potable dans les foyers ont entraîné un abandon progressif des mares et bon nombre d’entre elles ont été remblayées ou se sont comblées naturellement. Depuis 1950, entre 30 et 50 % des mares ont disparu en France. Les mares qui subsistent aujourd’hui sont majoritairement abandonnées et ont très souvent besoin d’une nouvelle jeunesse !

Enjeux régionaux

En Normandie, les mares ont subi le même sort qu’au niveau national. Ainsi, sur les mares ayant subsisté dans le région, on estime que 40 % d’entre elles sont menacées à court terme.

Une prise de conscience sur la nécessité de protéger ces milieux a émergé auprès de plusieurs acteurs normands (intercommunalités, associations locales, syndicats de bassins versants…) depuis plusieurs années. De nombreuses actions en faveur des mares voient ainsi le jour, mais de manière plus ou moins concertées et avec des objectifs propres à chaque structure. A l’inverse, d’autres territoires ne bénéficient pas d’actions de restauration et de protection en faveur de ces milieux. 

Le besoin de coordonner les actions, de mobiliser tous les acteurs du territoire, d’améliorer la prise en compte de la biodiversité des mares mais également d’éduquer le grand public et les scolaires a mené le Conservatoire d’espaces naturels de Normandie à élaborer et à mettre en œuvre un plan d’envergure régionale : le Programme Régional d’Actions en faveur des Mares de Normandie (PRAM Normandie).

Les objectifs du PRAM Normandie

Le Programme Régional d’Actions en faveur des Mares de Normandie (PRAM Normandie) vise à enrayer le processus de disparition et de dégradation des mares de Normandie. Il permet d’accompagner les acteurs qui agissent déjà localement ou qui souhaitent agir en faveur de ces milieux. Aussi, pour mener à bien cette mission, les objectifs suivants ont été fixés :

  • Connaître le nombre de mares et leur répartition en Normandie
  • Améliorer les connaissances sur la diversité et la biodiversité des mares et réseaux de mares
  • Entretenir et restaurer les mares et réseaux de mares
  • Protéger les mares (sensibilisation, formations, mesures réglementaires…)
  • Créer une synergie entre les différents acteurs

Les partenaires financiers

L’efficacité des actions du PRAM Normandie repose en grande partie sur la capacité du Conservatoire d’espaces naturels de Normandie à mobiliser des partenaires techniques et financiers autour de la protection des mares. Pour la mise en œuvre du PRAM Normandie, il a ainsi développé des partenariats financiers et institutionnels avec :

Restez informé de l'actualité du PRAM

Inscrivez-vous à notre newsletter !