Qu’est-ce qu’une mare ?

Définition d’une mare

Pour le PRAM Normandie, la définition retenue est issue du Programme national de recherche sur les zones humides (Sajaloli et Dutilleul, 2001). Ainsi, un point d’eau est qualifié de mare lorsqu’il possède les critères suivants:

  • Étendue d’eau à renouvellement généralement limité, de taille variable, généralement inférieure à 5 000 m2
  • Faible profondeur (généralement inférieure à 2 m), ce qui permet à toutes les couches d’eau d’être sous l’action du rayonnement solaire, ainsi qu’aux plantes de s’enraciner sur tout le fond, 
  • Dépressions imperméables, en contexte rural, périurbain, voire urbain, 
  • Alimentation par les eaux pluviales et parfois phréatiques, 
  • Sensible aux variations météorologiques et climatiques, elle peut être permanente ou temporaire,
  • D’origine naturelle ou anthropique.

Les différents stades d’évolution d’une mare

Stade 1

Les plantes des berges et les plantes aquatiques sont absentes ou commencent tout juste à s’implanter et/ou la mare n’est pas envasée.

Stade 2

Les plantes des berges et les plantes aquatiques ont déjà colonisé une partie de la mare et/ou la mare est peu envasée.

Stade 3

Les plantes des berges et les plantes aquatiques ont envahi la totalité de la mare et/ou la mare est partiellement envasée.

Stade 4

La mare est quasiment comblée. Elle est envahie par les ronces et les arbres et/ou elle est très envasée.

Usages historiques et disparition des mares au cours des dernières décennies

Créées la plupart du temps par l’homme, les mares avaient autrefois de nombreux usages pratiques pour répondre à des besoins domestiques (réserve d’eau, vivier à poissons pour se nourrir, lessive…), agricoles (abreuvoir pour les animaux, rouissage du lin et du chanvre…), artisanaux (vannerie, forge…) ou bien pour les activités de loisirs (baignade, pêche, patinage).

L’évolution des pratiques agricoles et l’arrivée de l’eau potable dans les foyers ont entraîné un abandon de ces milieux et bon nombre d’entre elles ont été remblayées ou se sont comblées naturellement.. Et pourtant, les mares sont encore très utiles de nos jours…

Les mares au service de l’écologie !

Depuis quelques années, les mares sont à nouveau reconnues comme des milieux écologiques indispensables à l’homme. De nos jours, les fonctionnalités des mares sont multiples.

D’un point de vue écologique, elles constituent de véritables réservoirs de biodiversité dans lesquels de nombreuses espèces animales et végétales liées à la présence d’eau peuvent se développer et se reproduire. A ce titre, les mares constituent un formidable outil pédagogique pour l’éducation des scolaires et du grand public à la protection de la nature. Ces milieux constituent également un maillon essentiel de la trame bleue, notamment sur les zones de plateaux où elles sont bien souvent le seul élément constitutif de cette trame.

Les mares jouent aussi un rôle hydraulique dans la régulation et le stockage des eaux de ruissellement. Elles contribuent aussi à l’épuration de l’eau et à la préservation des hydrosystèmes à travers le piégeage des sédiments, des polluants (pesticides, nitrates, etc.) et leur dégradation grâce à des processus microbiens. 

Elles peuvent être également utilisées comme réserves à incendie pour les communes. En effet, la loi impose à celles-ci de prévoir des réserves d’eau dans lesquelles il est possible de puiser en cas d’incendie. Les mares sont donc une excellente alternative aux citernes.

Elles ont un intérêt pour l’élevage puisqu’elles servent également à l’abreuvement du bétail dans les prairies pâturées. Par ailleurs, ces milieux constituent un élément fort de diversification des paysages, notamment en zone d’agriculture intensive, et un espace de détente et de découverte pour le public.

Prenons soin des mares ! Elles nous sont utiles !

Restez informé de l'actualité du PRAM

Inscrivez-vous à notre newsletter !